Episode 5

Dans l’épisode précédent nous avons vu qu’elle était la structure de la Giralda. Nous parlons aujourd’hui des modifications subies par ce monument au cours des siècles.

La Giralda a connu plusieurs modifications dans sa partie sommitale. Aujourd’hui subsistent la partie almohade allant du sol à la hauteur de la balustrade périphérique placée au-dessus d’une frise de petits arcs entrecroisés.

Tout en haut s’élève une galerie ouverte constituée de pilastres surmontés d’oculi (petites ouvertures circulaires), d’un lanternon de plan carré en fort retrait surmonté à son tour de deux étages circulaires également en retrait l’un par rapport à l’autre. Au sommet se trouve une statue de la Foi, appelée le Giraldillo, sorte de girouette qui a donné son nom à la tour. Cette partie sommitale a été édifiée entre 1558 et 1568.

Immédiatement au-dessous du lanternon circulaire court l’inscription suivante : TURRIS FORTISSIMA NOMEN DNI PROVERB. 18. C’est une partie du verset 10 du chapitre XVIII du livre des Proverbes qui signifie : Le nom de l’Éternel est une tour forte. Le verset se poursuit par : le juste s’y réfugie et se trouve en sûreté.

On comprend la signification de forteresse de la foi qu’ont voulu donner à la tour les chanoines de la cathédrale.




Plus qu’un long texte, l’image ci-dessus montre les modifications successives connues par la Giralda de sa construction à nos jours. A gauche l’état en 1198 à la fin de la construction almohade. La tour est surmontée d’un lanternon de plan carré fermé par une coupolette surmontée à son tour par les trois boules de taille de plus en plus réduites caractéristiques des minarets, le jamour.

A droite on voit l’état de la tour après le tremblement de terre de 1356 et avant la modification définitive. La coupolette et le jamour de la période almohade s’étant effondrés, l’état d’origine fut modifié par la construction d’une sorte de portique abritant une cloche et surmonté d’une croix.

Enfin, au centre, on voit l’état actuel, consécutif aux modifications souhaitées par les chanoines en 1558 pour construire les étages destinés à abriter de nombreuses cloches au sommet de la tour (il y en a aujourd’hui 24). Cette partie fut réalisée en 10 ans (1558-1568) par l’architecte Hernán Ruiz dans le style de la Renaissance.

À suivre

19 vues
  • Black Facebook Icon