EPISODE 33

Avec la visite des dispositions intérieures du palais Mudéjar nous terminons ce cycle de 33 semaines sur les monuments de Séville.

Nous n’aborderons, pour la partie intérieure du Palais Mudéjar, que celles datant de l’époque de Pierre Ier en laissant de côté les ajouts ou transformations exécutés dans celui-ci par Charles Quint, Philippe II et certains de leurs successeurs jusqu’au XVIIIe siècle.

Après avoir franchi la belle porte dont on a parlé dans l’épisode 32, on pénètre dans un vestibule (B du plan). En prenant sur la droite un couloir coudé mène au patio de las Muñecas (G du plan)


Cette partie du palais était probablement réservée à la reine. Ce patio devrait son nom à la présence de minuscules visages, sculptés dans le stuc. Il est entouré de quatre galeries où l'on retrouve des arcs en plein-cintre polylobés, supportés par de belles colonnes de marbre. Les chapiteaux sont en marbre blanc finement ciselés et proviennent de la résidence du calife à Médinat-al-Zahara, près de Cordoue, détruite au xie siècle. Au-dessus court une frise de muqarnas (voir épisode 32) et des azulejos à motifs géométriques verts noirs et blancs décorent les parties inférieures des murs.

Les lunettes placées au-dessus des arcs, dont les losanges polylobés sont ornés en creux de motifs floraux répétitifs sont un magnifique exemple de ce que l’art mudéjar peut offrir de préciosité dans le domaine du décor en plâtre.

La cour a été profondément modifiée au xixe siècle. Elle fut surélevée, on y ajouta un entresol historiciste de style néo-mudéjar et on la couvrit d’une verrière, ce qui est contraire à la tradition méditerranéenne, où les patios servent à faire circuler l'air.


Le salon des Ambassadeurs est la salle la plus somptueuse du palais. C'est ici que le roi recevait ses hôtes de marque. Charles Quint y célébra ses noces avec Isabelle de Portugal.

Sortant du patio de las Muñecas, on entre dans une salle rectangulaire (J du plan) dite Salon des Sévillans qui ouvre par une triple baie sur le fameux Salon des Ambassadeurs (K du plan). Celui-ci, de plan carré est bordé, face au salon des sévillans, par une salle rectangulaire parfaitement symétrique à ce dernier, dite Salon des Tolédans (L du plan).

Ces deux salles rectangulaires ouvrent sur le salon des Ambassadeurs par deux magnifiques ouvertures triples dont les arcs outrepassés s’insèrent sous un grand arc également outrepassé. Elles comportent une série de claveaux bicolores en faible relief, rouges et bleus, séparés par des claveaux blancs en léger retrait. Au-dessus, dans la lunette du grand arc supérieur sont percées trois jalousies au milieu d’une profusion décorative de fines arabesques en léger relief se détachant sur un fond bleu et rouge. On y voit aussi bien des éléments floraux que des motifs géométriques ainsi que trois blasons dont deux portent les armes de Castille et de Léon.


De plan carré, le salon est couvert d’une coupole hémisphérique dorée. La coupole repose sur des stalactites de bois doré. Ces stalactites forment un réseau d'alvéoles qui s'intègrent dans des trompes d'angles assurant la transition entre la coupole circulaire et le plan carré de la salle. Sous la coupole, une frise gothique montre les portraits des rois d’Espagne, depuis les Wisigoths jusqu'aux Rois catholiques. Les murs, comme dans les autres salles du palais, sont décorés d'azulejos et de stucs. Les balcons de bois qui émergent dans la partie supérieure datent de la fin du xvie siècle. Sous les balcons, une série de niches forme une frise qui fait le tour du salon.

Du salon des ambassadeurs on débouche sur le Patio de las Doncellas.

Cour des Demoiselles (patio de las Doncellas)

Le nom de ce patio fait référence à la légende selon laquelle les Maures exigeaient 100 jeunes filles vierges par an comme hommage de la part des royaumes chrétiens de la péninsule ibérique.



Il s'agit d'une cour rectangulaire de 21 mètres sur 15, entourée de quatre galeries comportant sept arcs dans la longueur et cinq dans la largeur, l'arc central étant rehaussé sur chaque côté. La cour proprement dite, dont le niveau est à un mètre au-dessous des galeries, comporte un long bassin. La frise séparant le niveau des galeries de celui des plates-bandes est décorée d'arcs en plein cintre entrelacés. Les arcs polylobés brisés du rez-de-chaussée s'appuient sur des colonnes doubles qui donnent de la légèreté à l'ensemble. Les pans de mur qui les surmontent présentent des décors de sebka. La galerie de l’étage a été réaménagée sous Charles Quint entre 1540 et 1572. Elle est dans le style de la Renaissance italienne.

Du Patio de las Doncellas on peut accéder à deux salles portant le nom d’Alcoba real (D du plan).



Cet ensemble est aussi appelé chambre des Rois maures. Les deux salles qui la composent sont séparées par trois arcs outrepassés. La première salle est la chambre du roi. Elle possède un plafond à caissons datant du règne des Rois Catholiques donc postérieur à celui qui existait initialement. Ses murs sont ornés de frises de stuc. Les portes qui donnent sur la cour sont décorées d'entrelacs. Les deux fenêtres sont ornées d'étoiles et de roues à huit rayons. La deuxième salle, derrière les arcs, est une pièce aveugle. Elle servait de chambre d'été pour le roi.

Face à l’alcoba real, de l’autre côté du Patio de las Doncellas se trouve une salle dénommée Salon du Plafond de Charles Quint (Salón del Techo de Carlos V) en N du plan qui doit son nom au plafond composé de 75 caissons octogonaux, voulu par Charles Quint et réalisé entre 1541 et 1543.

Ainsi s’achève (provisoirement ?) notre périple de 33 semaines dans Séville. Il y aurait encore beaucoup à dire sur les jardins de l’alcazar, sur l’église Saint-Louis des Français, sur les setas, sur les ruines de la proche ville romaine d’Italica,sur certaines œuvres splendides du Musée archéologique, sur la Place d’Espagne, sur le bâtiment de la mairie, sur la casa de Pilatos, sur d’autres demeures du même type et sur la cathédrale qui est autant un musée qu’un lieu de culte. Et cette liste n’est pas exhaustive…

L’avenir nous dira si nous poursuivrons ces visites plus tard.


22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout